"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

mercredi 23 novembre 2011

Les âmes mortes, Gogol



Ma note: 8/10

Voici la quatrième de couverture: À peine arrivé dans la ville de N..., Tchitchikof, personnage mystérieux et diabolique, s'y adonne à un étrange commerce : il entreprend d'acheter aux propriétaires terriens leurs serfs décédés entre deux recensements - leurs « âmes mortes » -, en vue de se constituer une propriété fictive qui lui permettra de contracter un emprunt... Récit loufoque d'une descente aux Enfers ? Tableau réaliste et satirique de la noblesse provinciale ? Poème baroque de la terre russe ? Ou encore, épopée sur la trivialité universelle ? Les Âmes mortes, dont seule la première partie fut publiée, en 1842 - la suite, dont il nous reste les brouillons, fut brûlée par l'auteur, et l'oeuvre demeura inachevée à sa mort -, est le roman le plus énigmatique de Gogol, et l'une des oeuvres les plus riches de la littérature russe.

Pour ce qui est du contenu de ce roman, je m'attendais à un peu mieux, mais c'est quand même une grande oeuvre de la littérature mondiale.

Gogol est un précurseur de la grande littérature russe qui suivra. Il est celui qui a influencé les plus grands écrivains russes, notamment Boulgakov et Dostoïevski. Ce dernier dira même de lui que les écrivains russes sont tous sortis du "manteau" de Gogol. En référence à sa nouvelle "Le manteau", et cela démontre la grande influence qu'a eu cet écrivain sur sa génération et les générations suivantes. La littérature russe, pour en avoir lu beaucoup, est intelligente, tourmentée, parfois drôle et toujours bien écrite. Le style des auteurs russes est imbattable selon moi.

Ici c'est exactement ce qu'on a, avec un humour encore plus prononcé. Les métaphores qu'on peut en tirer sont nombreuses, mais comme l'a déjà dit Gogol, je crois aussi qu'il a voulu démontrer l'enfer sur terre. Le héros du roman est un arnaqueur de première et pendant tout le roman, il achète des "Âmes mortes" pour les placer sur les terres (fictives) et ainsi en récolter un bénéfice auprès de l'État. Cela résume assez bien le bouquin.

Et c'est là où j'ai été quelque peu déçu. Par moment cela devient répétitif, parce qu'on suit uniquement le personnage principal dans sa quête des âmes mortes. Les dialogues sont bien amenés, la prose bien écrite mais si on est fait abstraction des métaphores qu'on peut en tirer, le récit est plutôt mince. Il n'a pas la profondeur d'un Dostoïevski, d'un Tolstoï et même d'un Boulgakov (qui est selon moi le plus influencé par Gogol, parce que son "Maître et Marguerite" est, à plusieurs égards, semblable aux "Âmes mortes").

Finalement, je vous conseille ce roman si vous êtes, comme moi, un passionné de la littérature russe ou de la Russie tout simplement. Ce n'est pas le meilleur roman qu'il m'ait été donné de lire, mais sa lecture en vaut la peine, juste pour voir l'influence qu'il a eu sur les écrivains russes. En plus, la fluidité de la plume de l'auteur combinée à son talent narratif en font un livre facile à lire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire