"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

samedi 3 septembre 2011

Le zappeur de mondes, Philip K. Dick



Ma note: 6,5/10

Voici la quatrième de couverture: Les deux blocs ont remplacé la guerre froide par des spectacles truqués censés faire croire leurs populations en la supériorité de leurs armements. Pour cela, ils utilisent des créateurs de mode d'armement. Chacun a sa drogue spécifique destinée aux transes où ils trouvent leurs idées. Mais Lars Powderdry, le concepteur de l'Ouest est las, cette tromperie qui assure sa célébrité le mine. Il se sent attiré par son homologue de l'autre bloc, la jeune Lilo Toptchev. Et un jour, les aliens débarquent, et on leur demande de concevoir des vraies armes pour sauver la Terre...

Première déception pour moi en ce qui concerne Philip K. Dick. L'histoire de départ était pourtant très bonne (malgré un titre ridicule en français) mais la plume de l'auteur ne fait pas le travail et en plus, le récit est plus ou moins bien mené à son terme. Peut-être quelque centaine de pages de plus auraient été profitable, parce que vers la fin de ce court roman, l'intrigue commence à être intéressante.

Par contre, comme je disais, l'idée générale du livre est intéressante. C'est la guerre froide poussée à l'extrême. Deux parties qui se font une guerre ridicule pour plonger la population dans la peur et par le fait même, dans la servitude. Aussi, on sent l'auteur inspiré par le fabuleux "1984" de George Orwell. Cependant, je vous conseille beaucoup plus "1984". L'intrigue, l'histoire, le style d'écriture, à peu près tout ce qui compose un roman est supérieur au "Zappeur de mondes".

Donc, finalement, sans être un désastre total, le présent roman a de grands défauts. On s'attend à plus d'un auteur de génie comme Philip K. Dick. On voit qu'il a écrit ce roman à la hâte. On voit qu'il s'est presque débarrassé pour l'écrire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire