"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

jeudi 28 juillet 2011

Les chiots, Mario Vargas Llosa



Ma note: 6/10

Voici la quatrième de couverture: Les chiots, ce sont ces jeunes garçons turbulents de la banlieue de Lima qui tentent de s'affirmer, de devenir adultes. Parmi eux, Cuéllar, cruellement surnommé Petit-Zizi dans un monde où règne le mythe de la virilité. En grandissant, les différences se font plus sensibles, les jeux plus violents et Cuéllar se retrouve en marge. Son innocence est broyée par les rouages implacables de la société péruvienne.

Je serai très court dans ma critique pour ce bouquin, pour la simple et bonne raison que c'est une nouvelle littéraire et non un roman. C'est la première fois que je critique une nouvelle sur mon site et j'ai décidé de le faire parce que ce livre se vend, notamment, avec la nouvelle seule.

Comme vous avez pu le lire en quatrième de couverture, cette histoire raconte l'enfance dans un monde où les valeurs des adultes sont les seules prises en compte. On sent un souffle dans l'écriture de ce prix Nobel 2010. Même si j'ai plus ou moins aimé cette nouvelle, je relirai certainement Mario Vargas Llosa en roman un jour. On n'a pas le temps, avec ce court récit, de voir se développer les personnages comme on le voudrait. La fin est bien mais elle arrive trop vite et elle aussi n'est pas assez développée. Je crois que l'auteur aurait dû faire un roman de cette histoire, parce qu'il ne semble pas avoir la touche pour les nouvelles contrairement à un écrivain comme Borges.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire