"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

samedi 9 juillet 2011

Into the wild, Jon Krakauer



Ma note: 9/10

Voici la présentation de l'éditeur: Toujours plus loin. Toujours plus au nord. Toujours plus seul. Inspiré par ses lectures de Tolstoï et de Thoreau, Christopher McCandless a tout sacrifié à son idéal de pureté et de nature. En 1990, une fois son diplôme universitaire en poche, il offre ses économies à une association caritative et part, sans un adieu, vers son destin. Celui-ci s'achèvera tragiquement au cœur des forêts de l'Alaska... Jon Krakauer évoque aussi à travers cette échappée belle ceux qui, un jour, ont cherché à quitter la civilisation et à dépasser leurs limites.Magistralement porté à l'écran par Sean Penn, lnto the Wild s'inscrit dans la grande tradition du road-movie tragique et lumineux, une histoire aux échos universels.

C'est la première fois, sur ce site, que je commente une oeuvre qui n'est pas de la fiction. J'ai pris ce pari parce que "Into the wild" se lit comme un roman et surtout, parce que l'adaptation cinématographique est mon film préféré à vie. Je voulais donc voir si le livre écrit par Jon Krakauer était aussi bon que le film. Et la réponse est : oui!

Étant donné que l'histoire, de prime abord, est très linéaire (un jeune homme décide de tout quitter pour partir à l'aventure à travers les États-Unis pour ensuite aller rester seul dans les bois d'Alaska), l'auteur (et journaliste) aurait pu écrire un récit linéaire et ennuyeux. À la place, il a mêlé un peu les cartes et le récit devient donc éclaté. Mais dans cet éclatement il y a une logique, un but. C'est très réussi.

Il y a de tout dans ce livre. On peut le considérer comme un essai, mais aussi comme une biographie, un livre d'histoire, de sociologie, de spiritualité et même de philosophie. Parce que derrière cette façade de mots, il y a un message clair. Selon le héros du livre, Chris Mccandless, la société de consommation n'est pas la solution, point final!

Finalement, on peut en conclure que le film était très fidèle au livre et en fait, à la réalité. Le film représente à peu près le premier tiers du livre. Pour le reste il y a plusieurs nouveaux éléments dans ce livre. La plume de l'écrivain va à l'essentielle et même s'il aurait pu nous pondre 800 pages avec cette merveilleuse histoire, la concision prime dans son écriture. J'ai aimé. Mais ce qui compte avant tout c'est l'histoire. Une histoire incroyable, touchante et qui dépasse la fiction. C'est une histoire sur l'émancipation totale, l'expérience transcendantale.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire