"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

mardi 19 juillet 2011

Le livre sans nom, Anonyme



Ma note: 5/10

Voici la présentation de l'éditeur: Santa Mondega, une ville d'Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets. Un serial killer qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique livre sans nom. La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique. Deux flics très spéciaux, des barons du crime, des moines férus d'arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, un massacre dans un monastère isolé, quelques clins d'oeil à Seven et à The Ring, et voilà le thriller le plus rock'n'roll et le plus jubilatoire de l'année ! Diffusé anonymement sur Internet en 2007, cet ouvrage aussi original que réjouissant est vite devenu culte. II a ensuite été publié en Angleterre puis aux Etats-Unis, où il connaît un succès fulgurant.

Voici un auteur, qu'on ne connaît pas, et qui a raté sa vocation. Il fait partie de ces écrivains qui auraient voulu faire du cinéma (selon moi) mais par manque de moyens (financier et autres) ont décidé d'écrire un livre. Tout est très imagé. Par son style, on voit que c'est un débutant (peut-être Tarantino comme le veut la rumeur) mais il a travaillé très fort. Le talent n'y ait pas (je vous l'avais dit que c'est un cinéaste dans l'âme et non un écrivain) mais on sent l'effort derrière cet ouvrage. Même si j'ai détesté, tout n'est pas raté.

Ce roman s'adresse aux grands amateurs des films de Tarantino et Robert Rodriguez qui aiment, quelques fois par année, lire un roman. Il n'y a rien de littéraire dans ce bouquin et surtout, ce n'est pas de la grande littérature. Après quelques pages je m'en suis aperçu. Quand on est habitué de lire de grands auteurs, c'est pénible. Tellement que je n'ai même pas lu les dix dernières pages.

On assiste à une suite de scènes d'actions loufoques, non crédibles et pour le moins éclatées. Le sang coule à flot et les clichés sont nombreux. Dans la première partie, l'action est moins présente mais comme l'auteur manque cruellement de talent, c'est douloureux pour les yeux. Les références cinématographiques sont légions et aucune référence littéraire n'est présente, si ce n'est "Dracula", et encore là, l'auteur devait penser que c'est un film à la base. L'aspect policier du roman est éclipsé par l'action omniprésente et inintéressante. En résumé, cette lecture s'adresse à un public cible. Probablement aux adolescents mais certainement pas à de grands lecteurs.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire