"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

samedi 2 juillet 2011

Le livre du rire et de l'oubli, Milan Kundera



Ma note: 8,5/10

Voici la quatrième de couverture: Tout ce livre est un roman en forme de variations. Les différentes parties se suivent comme les différentes étapes d'un voyage qui conduit à l'intérieur d'un thème, à l'intérieur d'une pensée, à l'intérieur d'une seule et unique situation dont la compréhension se perd pour moi dans l'immensité. " C'est un roman sur Tamina et, à l'instant où Tamina sort de la scène, c'est un roman pour Tamina. Elle est le principal personnage et le principal auditeur et toutes les autres histoires sont une variation sur sa première histoire et se rejoignent dans sa vie comme dans un miroir. " C'est un roman sur le rire et sur l'oubli, sur l'oubli et sur Prague, sur Prague et sur les anges.

Kundera ne cesse de me surprendre par la qualité de ses livres. Je m'attendais à un roman un peu plus faible que ses autres oeuvres parce qu'il est moins connu et reconnu. Mais non. Il est aussi puissant que "L'insoutenable légèreté de l'être" et "La vie est ailleurs".

Ce n'est pas un roman à proprement parlé. En tout cas, pas comme on connaît ce genre littéraire en particulier. C'est à mi-chemin entre ce genre qu'est le roman, l'essai, le livre philosophique et l'autobiographie (de Kundera lui-même mais aussi de sa ville, Prague). Comme pour "L'insoutenable légèreté de l'être", son livre suivant, il met le récit sur pause dans "Le livre du rire et de l'oubli" pour nous parler. Il nous parle des dommages collatéraux du communisme, de Schopenhauer, de Prague et comme l'indique le titre, il nous parle de l'oubli. Le nihilisme de l'auteur ressurgit encore une fois dans ce bouquin. En fait, son oeuvre pourrait se résumer en une phrase qu'on connaît bien : L'insoutenable légèreté de l'être...

Donc, le présent roman est d'une qualité exceptionnelle. J'adore ce genre de livre où l'auteur ne se contente pas d'une histoire conventionnelle. On en apprend, on se questionne, on suit plusieurs histoires entremêlées, on est ébloui par le talent de l'écrivain, par son style d'écriture sans faille. Bref, c'est une réussite sur toute la ligne. Maintenant, qu'on lui donne le Nobel de littérature!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire