"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

samedi 21 mai 2011

Stalker, Arcadi et Boris Strougatski



Ma note: 6/10

Voici la quatrième de couverture : Des Visiteurs sont venus. Sortis d'on ne sait où, ils sont repartis sans crier gare. Dans la Zone qu'ils ont occupée pendant des années sans jamais correspondre avec les hommes, ils ont abandonné des objets de toutes sortes. Objets-pièges. Objets-bombes. Objets-miracles. Objets que les stalkers viennent piller au risque de leur vie, comme une bande de fourmis coloniserait sans rien y comprendre les détritus abandonnés par des pique-niqueurs au bord d'un chemin. Adapté au cinéma en 1979 par Andreï Tarkovski, Stalker ou Pique-nique au bord du chemin (ici publie pour la première fois en France en version intégrale) est le chef-d'oeuvre des frères Strougatski. Un roman qui a eu un tel impact sur le XXe siècle que c'est sous le surnom de stalkers qu'on connaît désormais les hommes et femmes qui ont étouffé le coeur du réacteur en fusion de Tchernobyl, entre le 26 avril et le 16 mai 1986.

Je suis déçu de cette lecture. Roman culte de la science-fiction, russe aussi, "Stalker" saura plaire aux vrais amateurs de science-fiction, mais pour les autres, comme moi, vaut mieux s'en tenir loin. Bien que la construction du roman soit acceptable, la plume des auteurs (ou la traduction) m'a agacé tout au long du roman. À chaque deux mots on retrouve une virgule ou un point. Et j'exagère à peine. On n'est pas loin du travail d'amateur mais je ne saurais dire si c'est le traducteur qui n'est pas à la hauteur ou les frères Strougatski. En fait, le style d'écriture est tout simplement bâclé.

Je ne suis pas surpris que ce récit soit devenu un jeu vidéo. C'est à peu près ce que je ressentais en le lisant, ce livre contient une suite de scènes d'action (à part quelques pages) plus ou moins intéressantes. Je ne suis plus capable de lire ce genre de livres (ou regarder ce genre de films ou encore, jouer à des jeux vidéo). Je sais qu'il y a un public pour cela et eux, ils vont aimer ce livre. C'est de la science-fiction à "l'état pur" mais personnellement, j'aime mieux des écrivains comme Philip K. Dick et Dan Simmons (quand il écrit sur ce genre en particulier).

Finalement, bien qu'il y ait quelques passages réussis dans ce roman, ce fut somme toute une énorme déception. Je m'attendais à un récit original et complètement éclaté mais ce que j'ai lu était fade et inintéressant. Il ne remplit pas ses promesses (surtout pour un livre culte). C'est dommage...

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    j'ai découvert votre blog il y a quelques temps, afin d'y trouver des lectures intéressantes. Je suis intéressé par la science fiction lorsqu'elle développe une réflexion sur l'Homme et la société, et je suis surpris par votre critique de Stalker. En fait, j'ai pu voir le film de Tarkovski adapté de ce roman et à aucun moment il n'y a de l'action. De ces mêmes auteurs je n'ai lu que Le Dernier Cercle du Paradis, que j'ai trouvé intriguant car il me rappelait la série Le Prisonnier dans un univers dépravé, immoral et absurde. J'étais tenté par la lecture de ce Stalker, mais votre commentaire me refroidit quelque peu... En tout cas je continuerai à jeter un oeil par ici de temps en temps.
    Bonne continuation et bonne lecture !

    RépondreEffacer
  2. Merci, et si tu lis le roman tu nous tiendras informés si t'as aimé ou non. :)

    RépondreEffacer