"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

samedi 28 janvier 2012

L'immortalité, Milan Kundera



Ma note: 9/10

Il n'y a pas vraiment de quatrième de couverture pour ce roman. L'éditeur a plutôt choisi de retranscrire la table des matières de ce livre. Et on peut le comprendre, parce que l'histoire est éclatée, plusieurs histoires s'entremêlent et on se retrouve donc avec une histoire principale, (celle de la mort d'Agnès qui se préparait sans le savoir à une mort prochaine. Cette mort fut accidentelle.) qui a plusieurs histoires secondaires autour d'elle. Kundera nous entretient donc sur l'immortalité de l'être et sur son oeuvre. Entre ensuite en scène (même si tout cela ne suit pas un plan ordonné) Goethe, Hemingway, Kundera lui-même et d'autres personnages. En plus, Kundera traite de différents sujets, entre autres politique, littéraire, philosophique. Cela en fait un roman disparate mais génial. Et le tout est rassemblé par le même fil conducteur qui est le sujet de l'immortalité.

C'est un chef-d'oeuvre. Avec "La vie est ailleurs" (discuté dans celui-ci, en passant) "L'immortalité" est mon préféré de cet écrivain. Il fait un peu plus de 500 pages et donc, on a le temps de bien pénétrer dans l'histoire (contrairement à ceux de sa période française). Il se lit bien, la plume de Kundera est à son mieux et le récit est d'une profondeur que j'ai rarement vue. Je n'ai que de bonnes pensées pour ce bouquin et j'aurais même pu lui donner la note parfaite.

Kundera maîtrise parfaitement le roman, en tant que genre. Et en plus, on en apprend. Ce roman est aussi, faut le rappeler, son dernier écrit en Tchèque.

Ensuite, l'histoire de Goethe est certainement mon passage préféré du livre. Kundera se permet même de joindre Hemingway avec Goethe et l'immortalité nous est révélée en toute clarté.

Depuis que j'entretiens ce blog, Milan Kundera est certainement l'auteur qui m'a donné le plus de difficulté lors de la rédaction de mes critiques. Ses romans sont difficilement critiquables, parce qu'entre autres, ils sont différents. Ils n'ont pas d'intrigue conventionnelle et encore moins de suspense. L'auteur prend son temps pour poser son histoire et celle-ci est constamment entrecoupée par l'auteur lui-même et différents sujets intéressants. Et c'est particulièrement vrai pour "L'immortalité". Vrai aussi que c'est un des meilleurs romans que j'ai lu depuis que j'écris des critiques.

6 commentaires:

  1. J'aime beaucoup Kundera aussi. Comme ça fait longtemps que j'en ai lu (La Plaisanterie ets le dernier que j'ai lu), ce billet me donne le goût de m'y replonger.

    RépondreEffacer
  2. Je suis en train de lire La plaisanterie et le début est très bien.

    Merci pour votre commentaire.

    Jimmy

    RépondreEffacer
  3. kundera est un génie, qui pose beaucoup de questions mais donne aussi ses réponses

    RépondreEffacer
  4. Votre avis sur ce livre ne me donne que davantage envie de le lire, bonne appétit !

    RépondreEffacer