"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

dimanche 5 juin 2011

Le livre de sable, Jorge Luis Borges



Ma note: 8,5/10

Voici la présentation de l'éditeur: Ce livre comporte treize nouvelles. Ce nombre est le fruit du hasard ou de la fatalité - ici les deux mots sont strictement synonymes - et n'a rien de magique. Si de tous ces écrits je ne devais en conserver qu'un seul, je crois que je conserverais Le congrès, qui est à la fois le plus autobiographique (celui qui fait le plus appel aux souvenirs) et le plus fantastique. J'ai voulu rester fidèle, dans ces exercices d'aveugle, à l'exemple de Wells, en conjuguant avec un style simple, parfois presque oral, un argument impossible. Le lecteur curieux peut ajouter les noms de Swift et d'Edgar Allan Poe. Je n'écris pas pour une petite élite dont je n'ai cure, ni pour cette entité platonique adulée qu'on surnomme la Masse. Je ne crois pas à ces deux abstractions, chères au démagogue. J'écris pour moi, pour mes amis et pour adoucir le cours du temps.

Je ne suis pas un grand lecteur de nouvelles littéraires. Certes, j'ai lu quelques recueils dans ma vie, mais je n'ai jamais lu ce genre de nouvelles (celles de Borges en particulier). Et bien, je dois dire que cet écrivain au talent immense m'a donné le goût des courtes histoires. Ce fut une lecture merveilleuse, intrigante et on en sort changé.

Bien que très courts (un peu trop), la plupart des récits de ce recueil sont de petits bijoux littéraires. L'écrivain parvient à dire beaucoup en peu de mots. Quelques nouvelles sont de pures chefs-d'oeuvre comme la première du bouquin, "L'autre" et aussi, "Utopie d'un homme qui est fatigué". Dans "L'autre", un vieil homme (Borges) rencontre et discute avec un jeune homme qui est nul autre que lui-même. C'est succulent. Dans "Utopie d'un homme qui est fatigué", un homme égaré dans un pays discute avec un étranger qui est en réalité un homme du futur qui lui explique les coutumes d'une époque lointaine. Même si chaque nouvelle du recueil se termine trop rapidement (elles ne font que quelques pages chacune), elles ont toutes un petit quelque chose d'agréable et de mystérieux.

Donc, voici une lecture des plus agréables où chaque lecteur y trouvera probablement son compte. C'est court mais puissant. Le temps est présent tout au long du livre. Lisez-le, c'est le meilleur conseil que je puisse vous donnez.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire