"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

jeudi 31 mars 2011

Ubik, Philip K. Dick



Ma note : 9/10

Voici la quatrième de couverture : La publicité des organismes de protection anti-psi proclame : « Défendez votre intimité. Est-ce qu'un étranger n'est pas à l'affût de vos pensées ? Ëtes-vous vraiment seul ? Cela concerne les télépathes mais aussi les précognitifs. Vos actes sont-ils prédits par quelqu'un que vous n'avez jamais rencontré ? Mettez fin à votre anxiété ; contactez le plus proche organisme de protection... » C'est dans cet univers que Glen Runciter vit et meurt. Mais meurt-il vraiment ? Le temps s'en va en lambeaux. Une bouffée de 1939 dérive en 1992. Et par les trous du décor se glissent les messages d'Ubik. Ubik qui est partout, Ubik qui est tout. Mais qui est Ubik ?

Je me souviens d'avoir lu "Le maître du Haut château" de Philip K. Dick, il y a quelques années. L'idée de départ m'intéressait et Dick avait une solide réputation dans le domaine. Mais finalement, j'avais été déçu. Mes attentes étaient trop grandes et j'ai donc décidé de mettre cet auteur de côté. Je me disais : "Réputation surfaite" et puis j'ai laissé flotter ce nom d'écrivain dans mon inconscient sans jamais y revenir, à tout le moins jusqu'à cette semaine.

Et là... Le coup de foudre! Un coup de massue même, tellement j'ai aimé "Ubik". C'est un roman de science-fiction exceptionnel. Le nombre d'idées extraordinaires qu'on retrouve dans ce roman est effarent mais le pire (ou plutôt le mieux) c'est que toutes ces idées se déversent jusqu'à nous en seulement 280 pages. L'auteur se joue de nous d'une main de maître et son immense talent nous fait vivre de fortes émotions. Il faut aimer la science-fiction pour bien apprécier le livre mais aussi, on doit être très attentif tout au long de notre lecture pour ne rien échapper de cette histoire.

En plus d'être un excellent divertissement, ce livre nous fait réfléchir, rêver, imaginer l'impossible et nous parle beaucoup de tout ce qui a rapport à l'identité mais d'une façon plus globale, c'est-à-dire sur la "vérité" de la réalité (notre point de vue biaisé sur la réalité et ce qu'on prétend être telle ; vivons-nous vraiment et réellement dans la réalité, tous et chacun?). Et tout cela nous est servi avec une plume concise et efficace. Du grand art.

Pour terminer, je considère qu'"Ubik" est un chef-d'oeuvre non seulement de la science-fiction mais aussi, de la littérature. Je me suis attaché aux personnages et en fait, pour faire simple, il n'y a que du bon dans ce bouquin. La fin m'a jeté par terre et l'idée des "semi-vivants" est exploitée judicieusement tout au long du récit. Je dirais même que l'auteur est un génie!!

3 commentaires:

  1. Ca y est on est enfin d'accord, oui Ubik est génial... Enfin c'est mon roman de Dick préféré avec Substance Mort, (que je te recommande, en espérant que tu n'aies pas vu l'adaptation ciné)et Le maître du haut château, pour lequel je comprends ta déception. Je ne saurais même pas dire pourquoi j'ai beaucoup aimé, mais le livre ne m'a plu qu'après coup.

    RépondreEffacer
  2. Je te recommande aussi très fortement "La vérité avant dernière".

    RépondreEffacer
  3. Malheureusement je n'ai pas trouvé "La vérité avant dernière" en ebook (parce que je lis maintenant en numérique). Mais dès que je l'aurai trouvé, je le lirai très certainement.

    Jimmy

    RépondreEffacer