"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

vendredi 3 février 2012

Des éclairs, Jean Echenoz



Ma note: 7/10

Voici la quatrième de couverture: Gregor a inventé tout ce qui va être utile aux siècles à venir. Il est hélas moins habile à veiller sur ses affaires, la science l’intéresse plus que le profit. Tirant parti de ce trait de caractère, d’autres vont tout lui voler. Pour le distraire et l’occuper, ne lui resteront que la compagnie des éclairs et le théâtre des oiseaux. Fiction sans scrupules biographiques, ce roman utilise cependant la destinée de l'ingénieur Nikola Tesla (1856-1943) et les récits qui en ont été faits. Avec lui s’achève, après Ravel et Courir, une suite de trois vies.

Ce roman est très court. À peine 176 pages et en plus, chaque page n'est pas très dense. Donc, on a droit, avec ce bouquin de Jean Echenoz, qu'à un divertissement de courte durée.

En plus, l'auteur, qui nous offre ici une biographie romancée de Nikola Tesla, ne pénètre aucunement dans la psychologie des personnages. Il y va en surface, un peu à la manière d'un conte pour enfant, un peu aussi à la manière d'un roman graphique, avec les illustrations en moins. On pourrait aisément se servir de ce texte pour la mise sur pied d'un scénario de film. Et aussi, les aspects véridiques de la vie de Tesla sont plus nombreux que je l'aurais cru, était donné la forme comico-satirique que lui donne, par moment, M. Echenoz.

Comme Emmanuel Carrère le fait, Jean Echenoz prend un personnage intéressant et écrit une histoire à partir de cette vie. Par contre, Carrère va en profondeur, surtout d'un point de vue psychologique (et philosophique). Echenoz est cependant très habile. Le livre se lit tout seul en quelques heures. On peut voir dans ce récit une critique du capitalisme mais par dessus tout, on rencontre, en Nikola Tesla, un génie. Et comme tout bon génie, on rencontre un être spécial et tourmenté (pour ne pas dire spécialement tourmenté!).

C'était le premier roman de cet écrivain que je lisais. Avant de me faire une idée sur un auteur, j'attends toujours après deux ou trois livres pour déterminer s'il me plaît. Quant à cet auteur-ci, je peux dire que c'est plus ou moins bien commencé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire