"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

mardi 26 janvier 2010

La promesse des ténèbres, Maxime Chattam



Ma Note: 6,5/10

Voici le résumé: Brady O'Donnel, journaliste indépendant, voit sa vie basculer lorsqu'il accepte de rencontrer une starlette de films X : la jeune femme se suicide après lui avoir murmuré d'étranges mots. Brady s'enfuit, tandis que sa femme Annabel, policière à Brooklyn, se voit confier l'enquête. Commence une course poursuite vers la vérité, une enquête qui va dévoiler l'homme dans ce qu'il a de plus primitif...

Voici un roman quand même décevant, surtout en sachant le talent de l'auteur et ce qu'il est capable d'écrire. En effet, sa trilogie du mal, (l'âme du mal, in tenebris, maléfices) est de beaucoup supérieure. Depuis cette trilogie, il n'a jamais accompli un excellent travail...Dommage.

Avec ce roman, le type page-turner est encore présent et il fontionne. Par contre, la ressemblance avec le roman HELL.com de Patrick Senécal et le film 8mm avec Nicolas Cage est trop frappante. Surtout la première partie du roman, où l'on se demande s'il a voulu copier 8mm. C'est presque ridicule. Pour ce qui est de HELL.com, même s'il est paru après, ce roman de Patrick Senécal est de beaucoup supérieur à tous les points de vue en ayant une histoire similaire. Donc, de ces trois créations artistiques, La promesse des ténèbres est de loin la moins réussi.

Ce roman est en quelque sorte la préface de la trilogie du mal, même s'il a été écrit après, parce qu'on y apprend l'histoire personnel de la détective de cette trilogie et surtout celle de son mari. Donc, il est antérieur à la trilogie du mal.
Finalement, ce volume comporte quand même de bonnes choses et il se lit très vite et avec quelques frissons. Sans plus. Dommage.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire