"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

dimanche 5 décembre 2010

Lignes de faille, Nancy Huston



Ma note: 7,5/10

Voici la quatrième de couverture: Entre un jeune Californien du XXIe siècle et une fillette allemande des années 1940, rien de commun si ce n’est le sang. Pourtant, de l’arrière-grand-mère au petit garçon, chaque génération subit les séismes politiques ou intimes déclenchés par la génération précédente. Monstrueuses ou drôles, attachantes ou désespérées, les voix de Sol, Randall, Sadie et Kristina – des enfants de six ans dont chacun est le parent du précédent – racontent, au cours d’une marche à rebours vertigineuse, la violence du monde qui est le nôtre, de San Francisco à Munich, de Haïfa à Toronto et New York. Quel que soit le dieu vers lequel on se tourne, quelle que soit l’époque où l’on vit, l’homme a toujours le dernier mot, et avec lui la barbarie. C’est contre elle pourtant que s’élève ce roman éblouissant où, avec amour, avec rage, Nancy Huston célèbre la mémoire, la fidélité, la résistance et la musique comme alternatives au mensonge.

C'est le premier roman de Nancy Huston que je lis. Par contre, j'ai lu deux de ses essais il n'y a pas si longtemps. J'avais bien aimé. "Professeur de désespoir" fut le premier et "L'espèce fabulatrice" étant le deuxième. Quand je lisais ces deux essais, il m'est venu à l'esprit que Nancy Huston avait une plume toute désignée pour l'essai. Je doutais donc de sa capacité à faire de bons romans, mais surtout je doutais de sa plume. Un essai n'est jamais un roman, surtout pour le style d'écriture. Et bien, je ne me suis pas trompé de beaucoup. Bien que ce roman ne soit pas mauvais, on est loin du chef-d'oeuvre.

En effet, sa plume est trop "quelconque" selon moi pour le roman. Elle sait écrire mais là n'est pas la question. Je pense qu'elle ne sort pas assez des sentiers battus. Elle ne prend pas assez de risques. En tout cas pas assez pour devenir une très grande écrivaine, selon moi.

Le roman tient la route. Il livre la marchandise. Cependant, je ne peux pas dire que j'ai été envoûté par lui. En plus d'avoir une plume dans les standards, ce roman a quelques défauts dans son contenu, comme le fait qu'on suit les pensées de jeunes de 6 ans alors qu'au minimum ces jeunes devraient avoir 10 ans tellement leurs pensées sont profondes et développées. À chaque page ce constat me venait à l'esprit.

Les thèmes du roman sont par contre accrocheurs et bien traités. L'auteure évoque la guerre, la religion et la famille à des périodes différentes de l'histoire. C'est bien fait et on se questionne constamment. En plus, en traitant différentes générations, tout le monde ou à peu près y trouvera son compte.

Finalement, Nancy Huston ne m'a pas complètement conquis avec "Lignes de faille". C'est peut-être dû à mes dernières lectures qui furent remarquables. Je sais pas. Mais chose certaine, je vais probablement oublier ce roman aussi vite que je l'ai lu. Ce qui n'est habituellement pas bon signe pour revenir lire un écrivain.

5 commentaires:

  1. Bonjour,

    Je suis un lecteur inconditionnel de Nancy Huston. Je vous propose de tenter une nouvelle expérience en lisant "L'empreinte de l'ange" (en priorité) et "Instruments des ténèbres".
    Merci de nous faire partager vos intérêts et émotions aux décours de vos lectures. Votre blog est bien fait.
    Cordialement

    RépondreEffacer
  2. Merci de ce beau compliment. Oui, dans quelques années je vais retenter de nouveau l'expérience avec "L'empreinte de l'ange". Mais d'ici là j'ai déjà plusieurs lectures de prévues.

    RépondreEffacer
  3. Je ne suis pas un grand fan des autres romans de N. Huston (La virevolte, Cantique des plaines), mais j'ai beaucoup aimé Lignes de faille, à la construction originale et maîtrisée. L'ensemble est captivant, et l'auteure parvient avec brio à se mettre dans la peau de jeunes enfants (même si le narrateur de la première partie m'a semblé plus caricatural). Une excellente lecture de mon point de vue.

    RépondreEffacer
  4. j'ai beaucoup aimé ce livre également; je suis étonné de votre point de vue : le fait d'aimer la construction et de trouver les thèmes "accrocheurs" me paraît pourtant une bonne base pour dire du bien d'un livre...Les différents personnages ont leur voix propre, certes peut être plus mûre que ce qu'on attend d'enfants de six ans, mais en faire un argument à charge aussi déterminant me paraît curieux et exagéré.
    Bonne continuation.

    RépondreEffacer
  5. Comme vous devez vous en douter je ne suis pas d'accord avec vous Benjamin. Même si je trouve les thèmes accrocheurs ça ne fait pas automatiquement un excellent roman. Pour moi un bon romancier c'est quelqu'un qui a une plume exeptionnelle et donc, un style d'écriture qui m'accroche. Par exemple, Dostoievski ou Roberto Bolano. Mais ça c'est propre à chacun. Certains aiment mieux un tel ou un autre.

    Donc, en résumé, pour moi un excellent roman = excellente plume (sauf exception)

    Merci de commenter sur mon blog et à bientôt!!

    RépondreEffacer