"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

mercredi 17 novembre 2010

Le périple de Baldassare, Amin Maalouf



Ma note: 7/10

Voici la quatrième de couverture: Parti sur les routes en 1665, le narrateur de cette histoire, Baldassare Embriaco, Génois d'Orient et négociant en curiosités, est à la poursuite d'un livre qui est censé apporter le Salut à un monde désemparé. Sans doute est-il aussi à la recherche de ce qui pourrait encore donner un sens à sa propre existence. Au cours de son périple, en Méditerranée et au-delà, Baldassare traverse des pays en perdition, des villes en feu, des communautés en attente. Il rencontre la peur, la tromperie et la désillusion ; mais également l'amour, à l'heure où il ne l'attendait plus.

Je ne serai pas un bon juge pour ce roman. De mes souvenirs, Maalouf est le premier écrivain d'origine arabe que je lis.(On est tellement influencé par l'Occident!) Que l'on veule ou non, la critique d'un roman repose beaucoup sur le jeu des comparaisons et je ne pense pas être en mesure de le critiquer à sa juste valeur. Donc, par respect pour ce grand auteur, reconnu par tous, je serai très court dans ma critique.

Alors qu'en est-il de ce roman? Et bien, le style d'écriture m'a plu et j'ai trouvé cette lecture plus légère que je m'y attendais. Maalouf a déjà gagné le goncourt et je m'attendais donc à une lecture ardue. Pas du tout. Ça se lit bien. D'un autre côté, on est pas non plus en présence d'une plume exceptionnelle comme celle de Cormac McCarthy, par exemple. En fait, la plume de Maalouf est bien, mais sans plus.

Roman écrit à la première personne, Le périple de Baldassare a comme toile de fond la fin du monde, parce qu'on est en 1666, et donc, ces trois derniers chiffres constituent le nombre de la bête dans l'Apocalyspe, entre autres. Cet élément est intéressant parce que très d'actualité. À notre époque, la fin du monde est annoncée pour décembre 2012 et on peut vivre pleinement le questionnement de Baldassare.(Si vous lisez ceci après cette date, et bien, on a survécu!)

Finalement, on a droit à une lecture agréable sans être extraordinaire. Bien que cet auteur ait un certain talent, il ne m'a pas enchanté comme bien d'autres ont su le faire. Mais faut dire qu'il y a pire aussi! À vous de juger...

1 commentaire: