"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

vendredi 9 juillet 2010

Les détectives sauvages, Roberto Bolano



Ma note: 8,5/10

Voici la quatrième de couverture: Livre du chaos magistralement mis en chœur, livre aussi de l'amitié, de la passion, Les Détectives sauvages brasse des éléments de la vie errante de Roberto Bolaño et de son ami Mario Santiago Papasquiaro, qu'il transfigure en une épopée ouverte, lyrique, triste et joyeuse de destins qui ont incarné la poésie. La critique internationale a comparé ce roman polyphonique aux grandes œuvres de Cortazar, de Garcia Marquez, de Pynchon. Cette œuvre marque avec force l'arrivée de nouveaux écrivains latino-américains qui sont des héritiers hérétiques des grands auteurs du XXe siècle.

Pavé de plus de 900 pages en format poche, Les détectives sauvages contient un autre chef-d'oeuvre de Roberto Bolano, le génie des lettres latino-américaines. Ayant lu 2666 avant celui-ci je peux dire que Les détectives sauvages est quelque peu inférieur à 2666 pour ce qui est de la trame narrative, l'intrigue et d'une façon plus général, l'histoire en tant que telle. Par contre, le présent roman est tellement bien écrit, que premièrement, on se demande comment il fait pour écrire aussi bien et ensuite, cette écriture splendide rehausse d'un coup cet oeuvre remarquable.

Les détectives sauvages c'est trois parties, presque trois romans en un seul. La 1ère et 3e partie ont a droit au même narrateur mais dans la 2e, il y plus d'une dizaine de narrateurs différents. C'est original et tout au long du roman, on suit deux apprentis poètes, Belano et Lima à travers ces narrateurs. Belle trouvaille de Bolano d'autant plus que Belano est l'alter ego littéraire de Roberto Bolano et donc, Les détectives sauvages sont en quelque sorte une autobiographie romancée de l'auteur.

Bolano dit de son roman qu'il peut se lire comme une agonie ou un jeu. Pour ma part j'ai opté pour la première approche et je ne l'ai pas regretté. Il se lit si bien qu'on ne voit pas le temps passer et en plus, le roman traite de la littérature en général mais plus souvent, il nous parle de poésie.

Alors, les grands fans de Bolano, dont je suis, seront comblés à tous points de vue. Même s'il contient quand même quelques défauts (comme le "name dropping" - si vous me permettez l'expression - et une intrigue presque inexistante) Les détectives sauvages est sublime. Le roman nous envoûte, nous prend aux tripes et nous relâche seulement après 900 pages. Donc, voici de la grande littérature et un autre chef-d'oeuvre absolu signé Roberto Bolano.

5 commentaires:

  1. Bonjour,
    je viens de lire votre commentaire chez yspaddaden, et je suis ravie de découvrir ces billets sur Bolano. Auteur que je n'ai jamais lu, mais ces détectives sauvages s'étaient presque imposés en passage en bibliothèque (les livres sont parfois ainsi). Yspaddaden me fait découvrir cette littérature, en ce moment, au travers deson blog.
    Je note les références pour ce livre, je n'ai bien sur pas lu Cortazar et l'autre, mais si vous parlez de Pynchon, je risque d'être plus que tentée!

    RépondreEffacer
  2. ce livre est également noté ..

    RépondreEffacer
  3. Roberto Bolaño est le plus important écrivain chilien et latinoamericain despuis 25 ans, je suis absolutement sûr!. J'ai lu votre critique et vous avez de la raison. Comme Cortázar, Borges et Garcia Márquez, Bolaño a changé la histoire de la literature en spagnol parce que il a propose un nouveau forme de exprimer le "spleen" de sa generation et jouer avec des formes complexes, ravis, drôles... vous devez lire "La literatura nazi en América", "Nocturno de Chile" ou "Monsieur Pain". vous pouvez apercevoir aussi moments sublimes. Saluts

    RépondreEffacer
  4. Je viens d'achever les détectives sauvages et j'en ai encore le souffle coupé. J'ai rarement lu un roman aussi intense et j'ai hâte de le relire dans le futur, ainsi que 2666 dont je conserve un excellent souvenir également sans pour autant atteindre le même degré d'intensité.
    J'en ai tenté une critique ici :http://lintendanttanner.blogspot.fr/

    Kim

    P-S: j'avais déjà publié sur ce blog relativement au post sur Le loup des steppes.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui je t'avais reconnu bien sûr. :)
      Je viens de voir ton blog et je le place derechef dans mes favoris. :)

      À bientôt je l'espère...

      Effacer