"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

mercredi 9 juin 2010

Rose Madder, Stephen King



Ma note: 6,5/10

Voici le résumé: Quatorze ans de mariage, quatorze ans de mauvais traitements : toute la vie de Rosie. Un enfer ! Doublé d'une obsession : fuir son tortionnaire de mari, flic jaloux, bourreau sadique, prêt à la massacrer à la première occasion.
900 kilomètres suffiront-ils à la préserver de Norman ? Qui donc pourrait lui venir en aide ? Personne en ce monde. Mais il existe un autre monde. Celui de Rose Madder. Cette femme n'est peut-être qu'un personnage de tableau, une hallucination. Elle possède pourtant un pouvoir étrange. Un pouvoir dont Rosie pourrait profiter. A moins qu'en traversant la toile, elle ne déchaîne l'apocalypse.
Après Jessie et Christine, le plus génial explorateur des zones obscures de notre inconscient se glisse une fois encore dans la peau d'une femme à l'âme fêlée, habitée par la peur. Cette peur qui conduit aux actes les plus fous, aux passions les plus noires.

Je suis un grand fan de Stephen King même si je suis déçu assez fréquemment de ses ouvrages. Il tend à se répéter plus il publie même si on reconnaît qu'il a un réel talent d'auteur. Kellerman dit même de lui qu'il sera un des seuls écrivains de leur génération qui sera encore lu dans 300 ans. Je suis plutôt d'accord avec lui.

Pour le présent roman, Rose Madder, la déception a été dans mon cas encore plus grande. Même si je l'avais déjà lu il y a plus de 10 ans, je n'en avait pas un grand souvenir. Je me rappelais seulement que j'avais été froid à la fin de ma lecture. C'est exactement ça que j'ai ressentie de nouveau mais avec une pointe de déception plus grande.

Il est beaucoup mais beaucoup trop long. Les descriptions traînes en longueur, il ne se passe presque rien. Tout ce qu'on a c'est une poursuite du chat et de la souris entre une femme et son mari violent. C'est très psychologique, mais selon moi, au mauvais sens du terme. L'action est trop lente et quand il y en a , elle tombe à plat et devient inintéressante assez rapidement.

Pourquoi donc une note de 6,5? Et bien on est quand même en présence de Stephen King. Sa plume nous envoûte encore une fois même si je considère que Rose Madder fait partie de ses romans les plus faibles. Bref, lisez un autre Stephen King, pourquoi pas Dolores Claiborne dans le même genre?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire