"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

lundi 17 mai 2010

La tache, Philip Roth



Ma note: 8,5/10

Voici le résumé: Portrait d'une Amérique à la fois profonde et proche. Voilà le dessein de Philip Roth. Un portrait brossé sans mise à quatre épingles et à travers la figure centrale d'un professeur d'université, Coleman Silk, juif et noir à la peau claire, âgé de soixante et onze ans, accusé à tort de racisme puis à qui l'on reproche d'entretenir une relation avec une femme de trente-quatre ans, illettrée et agent d'entretien. De quoi faire tache dans la bonne conscience américaine, dans les Berkshires, où "il reste des gens, des péquenots comme des universitaires, qui n'auront jamais le bon goût de renoncer à leurs vieilles valeurs pour se mettre au pas de la révolution sexuelle. Des pratiquants étriqués, des maniaques des convenances." L'existence de Coleman, son destin et les êtres gravitant autour de lui ont valeur d'illustration, rapportée par une présence omnisciente, jugeant ci et là les personnages. Pour ce faire, Philip Roth se crée un double, Nathan Zuckerman, qu'il n'épargne pas d'impuissance sexuelle ni d'un cancer de la prostate... Jouant sur le présent, revenant au passé pour conter la jeunesse de Coleman, multipliant les regards, en saute-mouton de narrateur, Philip Roth passe en revue l'enlisement de la guerre du Vietnam et ses horreurs, la pêche à la ligne sur les lacs glacés, les arcanes de l'art noble (jab, droite, gauche, crochet et uppercut), la bouffonnerie du hasard, les cuistreries philologiques, bibliographiques et archéologiques des universitaires, jusqu'au scandale éclaboussant la Maison Blanche, émue et excitée par Monica Lewinsky, dite "Gorge profonde", "pompant généreusement le sexe" de Bill Clinton.

Un excellent roman signé Philip Roth. Il est presque parfait. L'écriture est splendide, accrocheuse et il se lit très bien. On reste accroché avec ce Roth, il n'y a pas de doute. Même si j'avais écouté le film préalablement, ma lecture n'a pas été heurté. Le style est trop accrocheur et original. En plus, personnellement, j'adore un roman qui met en scène des intellectuels, par opposition aux ouvriers qu'on retrouve trop souvent depuis le succès de Zola ou aux rois et reines insignifiants de la littérature du 19e siècle. Non, ici on est bien ancré dans la fin du 20e siècle avec des personnages cultivés comme Philip Roth semble l'être. C'est un délice à lire et en plus, il y a différents thèmes intéressants traités en génie par Roth.

Par contre, ce roman n'est pas très facile d'approche. Sans être ardue, il demande tout de même une bonne concentration à la lecture. Même si j'avais vu le film, je devais être attentif, du moins plus que ce que je m'attendais.

Finalement, n'hésitez surtout pas à dévorer ce très grand roman de Philip Roth. On est pas loin du chef-d'oeuvre et le milieu universitaire est décrit avec ses forces et ses faiblesses. L'auteur n'épargne pas l'Amérique au passage. En fait, toutes les critiques sociales qu'on retrouve dans ce bouquin sont judicieuses. Tout est très bon. Donc allez-y!

4 commentaires:

  1. C'est vrai que ce live demande une attention soutenue et que la lecture demande un peu de concentration. Mais quel plaisir ! Encore un très bon livre de Philipp Roth !

    RépondreEffacer
  2. Oui tout un plaisir. M. Roth est plus qu'excellent!!!!

    À la prochaine...

    RépondreEffacer
  3. Ahah j'adore aussi cet auteur !
    Je vais ajouter de suite ton blog dans mes favoris, si tu n'y vois pas d'inconvénients !

    RépondreEffacer