"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

mardi 27 octobre 2009

La conquête de Plassans, Émile Zola


Ma Note: 8/10

Ce quatrième roman de la saga des Rougon-Macquart de Zola est toute une surprise pour moi. Dès la préface, on est prévenu que La conquête de Plassans n'est pas très apprécié par les lecteurs pour différentes raisons, dont celle à l'effet qu'il se déroule dans un huis clos. Pour ma part, ce fait m'a grandement comblé et en plus, le thème de la folie est très bien traité par Zola. Aussi, l'arrivé d'un étrangé au sein d'une famille est au coeur du roman et quand cette étranger est un prêtre, on peut s'attendre au mieux ou au pire et encore une fois, le génial Zola nous offre le mieux. Il n'a pas son pareil pour concilier une plume soignée et une histoire attachante.

Plus je lis sur cette saga des Rougon-Macquart, plus je me rend compte que chaque roman doit être lu en ordre pour bien saisir les nuances que Zola exploite à merveille, à part peut-être l'assomoir et germinal qui sont définitivement des chef-d'oeuvres.

La France doit absolument se sentir privilégiée d'avoir une oeuvre pareil dans son patrimoine culturel. Nous, au Québec, on doit se contenter d'avoir les ineptie et insipide Filles de Caleb et autre Lance et compte de ce monde. C'est le risque qu'un peuple cours quand il ne lis pas assez. Croyez-moi, au Québec on en paie le prix.

Pour ceux qui ne connaissent pas la saga des Rougon-Macquart, c'est l'histoire d'une famille de nobles et moins nobles décrit par Zola en 20 romans. Chaque volume, ou à peu près, suit un ou des membres différents de la famille à l'exception du premier et du dernier roman qui décrit la famille dans son ensemble. Donc l'hérédité et ses tares sont traités en abondances. Bonne lecture et surtout n'oubliez pas de vous procurer les 20 romans pour apprécier vraiment le génie de Zola!!!

1 commentaire:

  1. J'ai vu un blog où le propriétaire disait que l'abbé Faujas était un adepte du BDSM.
    C'est la meilleure définition que j'ai trouvé pour décrire son attitude dans La Conquête de Plassans où le pouvoir est aussi tenu par l'église en ce dix-neuvième siècle compliqué.

    RépondreEffacer