"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

mardi 9 octobre 2012

Le voyage de l'éléphant, José Saramago



Ma note: 5,5/10

Voici la présentation de l'éditeur: En 1551, le roi de Portugal Joâo III offre à l'archiduc Maximilien d'Autriche, gendre de Charles Quint, un éléphant d'Asie, Salomon, qui vit depuis deux ans à Belém avec son cornac Subhro. De Lisbonne à Vienne, en passant par les plateaux de la Castille, la Méditerranée, Gênes et la route des Alpes, Salomon, objet d'absurdes stratégies, traverse l'Europe au gré des caprices royaux, des querelles militaires et des intérêts ecclésiastiques, soulevant sur son passage l'enthousiasme des villageois émerveillés. Entrelacs de faits réels et inventés, Le Voyage de l'éléphant est un délicieux roman choral, une réflexion sur la vie et la condition humaine, où l'humour et l'ironie, armes de l'implacable lucidité de l'auteur, s'unissent à la compassion avec laquelle José Saramago observe les faiblesses des hommes.

Autant "Manuel de peinture et de calligraphie" tombait dans un genre littéraire que j'adore - notamment celui du roman psychologique - celui-ci, "Le voyage de l'éléphant" fait plutôt dans un genre qui me dérange plus souvent qu'autrement. En plus, c'est un court roman de 200 pages et cela ne lui convient pas du tout. Pour un roman historique - ou presque - sa brièveté ne permet pas à l'auteur de creuser - et surtout -  développer le sujet. Et cela en fait un roman ennuyeux et une déception pour moi.

En effet, avec Saramago on est souvent servi à souhait quand on est un grand lecteur de romans. Sa plume est grandiose - et l'on retrouve cela ici aussi - et cet écrivain nous amène toujours un petit quelque chose de plus. Mais pas ici. C'est seulement la richesse de la plume de Saramago qui sort et l'histoire est plutôt banale. C'est linéaire, il n'y a rien de bien consistant et on se fout éperdument de ce qui arrivera à cet éléphant.

De plus, malgré son aspect linéaire, il y a une sorte de cacophonie qui s'en dégage. On est souvent perdu dans l'histoire du Portugal du 16e siècle. Je ne connais à peu près rien du Portugal et surtout de son histoire, et cela m'a particulièrement nui. Et avec ce roman, le sujet historique est pointu alors que dans une situation comme la mienne, il vaut mieux commencer par connaître le pays et son histoire globalement avant de descendre dans les faits historiques comme le voyage de cet éléphant.

Pour terminer, malgré un roman à la symbolique forte, un style d'écriture digne d'un Nobel de littérature (ce qu'est José Saramago), une histoire de départ simple mais puissante, une originalité certaine (entre autres parce que je n'ai jamais lu ce genre d'histoire avant), le fait que le roman est trop court vient tout gâcher. Et par-dessus tout, je crois que ce livre s'adresse aux grands passionnés de romans historiques.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire