"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

dimanche 29 juillet 2012

Blade Runner, Philip K. Dick


Ma note: 7,5/10

Voici la présentation de l'éditeur: Philip K. Dick a obtenu en 1962 le Prix Hugo. Il est resté jusqu'à sa mort en 1982 au premier rang des auteurs de S-F avec Loterie solaire, Dr Bloodmoney, L'oeil dans le ciel, etc. Un blade runner, c'est un tueur chargé d'exterminer les androïdes qui s'infiltrent sur Terre. Et Rick est le meilleur blade runner de la Côte Ouest. Ce qui ne l'empêche pas d'être un tendre : il rêve de remplacer un jour son simulacre (électrique) de mouton par un vrai ! Hors de prix sur une planète où s'éteint la vie animale ! Aussi quand on lui propose une somme fabuleuse pour éliminer de dangereux Nexus 6 signalés en Californie, il fonce... Mais, face à lui, surgit la très belle Rachel. Femme ou androïde ? L'aime-t-il ? Peut-il l'aimer ?

Je retrouve Philip K. Dick, un de mes auteurs préférés, dans la plus grande joie possible. L'univers qu'il a créé est incroyablement riche et l'ambiance futuriste de ses romans est inégalée. Malgré un style d'écriture particulièrement simple, il réussi à s'infiltrer dans notre inconscient et pendant longtemps, ses récits nous restent gravés. Avec celui-ci, "Blade Runner", on a droit à un roman un peu plus linéaire que les autres mais aussi riche en idées et en thèmes.

Parlant du thème, celui qui marque le plus dans ce bouquin est l'identité et celui-ci est amené sous l'angle de l'androïde contre l'humain. La science évolue tellement vite que ce genre de questionnement fera surface un jour ou l'autre comme semble le prédire K. Dick dans ce livre. Il nous amène à nous demander ce qui fait qu'un humain est un humain et si l'androïde devra être traité en humain ou en objet, en machine. En plus, il incorpore d'une façon judicieuse et originale ce questionnement avec les animaux. S'ils doivent être traités comme les humains, à quel degré comparativement aux humains, aux androides, etc.? J'aimais beaucoup plus le titre original, qui était : "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?". En plus de son originalité, il saisissait mieux l'essence du roman. L'histoire entourant les "Blade Runner" n'est, selon moi, qu'un prétexte au questionnement métaphysique de l'auteur pour ne pas dire mystique.

En terminant, je dois affirmer que j'ai aimé ma lecture mais cela est peut-être dû au fait que cet auteur me manquait. Parce qu'objectivement il est peut-être un peu plus faible que les autres. Il a été le premier mis en scène parce que l'action est foisonnante et davantage cinématographique. Et cela en fait un très bon film qui n'a pas à pâlir devant son oeuvre original, le roman. Par contre, il réserve moins de surprises et il est moins complet, si l'on regarde l'ensemble de l'oeuvre.

2 commentaires:

  1. J'aime bien la différence entre le livre et le film du point de vue des androïdes. Dans le film, ils sont beaucoup plus méchants, avec les humains illustrés comme bons. Dans le livre, c'est plutôt l'inverse, avec les androïdes plutôt comme des victimes au tempérament bons chassés par les humains plutôt méchants.

    RépondreEffacer
  2. En effet, sauf que le film je m'en souviens plus très bien, à part ce point. Merci de commenter sur le blog.

    RépondreEffacer