"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

mercredi 23 février 2011

don Quichotte, Cervantes



Ma note : 8,5/10

Voici la quatrième de couverture : Mythe du chevalier se battant contre les moulins à vent, dessin de Gustave Doré, de Picasso, de Dalí, tel est le don Quichotte qui survit aujourd'hui dans nos mémoires. Pourtant, ce fou de littérature, ce dévoreur de romans de chevalerie, qui part à l'aventure pour voir si ce que disent les livres est vrai, est le héros du premier roman moderne. Retraduire don Quichotte, c'est tenter de redonner au lecteur d'aujourd'hui le même plaisir et la même passion qu'éprouvèrent les lecteurs contemporains de Cervantes. En restituant l'originalité des dialogues et des jeux de mots, en faisant rebondir l'aventure qui va et vient entre réalité et fiction, en rendant à Sancho sa dimension de personnage, Aline Schulman fait tout à coup surgir la merveilleuse modernité du Quichotte enfouie sous un palimpseste de traductions archaïques.

C'est la première fois que je lisais le plus grand classique des lettres mondiales. Pourquoi le plus grand classique? Et bien, premièrement, il est considéré comme le premier roman moderne(il a été publié au début du 17e siècle). Ensuite, ce roman est considéré, par 100 écrivains originaires de 54 pays différents, comme étant le plus grand livre jamais écrit. Il sert aussi de base pour traiter du roman. Alors oui, on peut dire sans se tromper que "L'Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche" est le plus classique des romans et même le plus grand roman de l'histoire de la littérature mondiale.

Reçu tout d'abord comme une parodie des romans de chevalerie, don Quichotte de Cervantes a, au fil des siècles, été perçu davantage comme une immense fresque complète et profonde. Il y a plusieurs niveaux de lectures possibles avec ce roman. On rit au début, parce que le roman est drôle, même après quatre siècles, mais plus l'histoire avance, plus on est frappé par la profondeur des personnages et par l'histoire en tant que telle. La fiction est entremêlée de réalité(la réalité du personnage principal, don Quichotte) tout au long du récit et Cervantes fait usage d'une plume magnifique, à la portée de tous. Donc, pas besoin de vous dire qu'on est en présence d'un véritiable chef-d'oeuvre.

Finalement, on ne peut qu'en sortir grandit, de cette lecture. Les deux personnages principaux(Don Quichotte et Sancho) deviennent très attachants plus l'action avance. Ils se compliquent la vie pour notre plus grand bonheur. Seul ombre au tableau selon moi, la suite, le tome 2, qui n'était peut-être pas essentielle. En plus, ce deuxième tome est plus faible que le premier. On se doit par contre de lire le premier tome. Absolument!

1 commentaire:

  1. il faudrait bien que le lise ce grand classique et non pas me contenter de l'Homme de la Mancha

    RépondreEffacer