"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

samedi 27 mars 2010

Dracula, Bram Stoker



Ma note: 9/10

Voici la quatrième de couverture: En arrivant dans les Carpates, le clerc de notaire londonien Jonathan Harker est épuisé par son périple. Mais son client et hôte, le comte Dracula, a tout prévu : une chambre lui a été retenue à l'auberge pour la nuit, an attendant de rejoindre le château en calèche. Mais pourquoi les habitants du village se signent-ils avec des mines épouvantées quand Jonathan leur dit où il compte se rendre ? Pourquoi lui fait-on cadeau d'un crucifix et de guirlandes d'ail ? Malgré ces mises en garde, Harker poursuit sa route. Certes, ces montagnes escarpées, ces loups qui hurlent dans le lointain ont de quoi faire frissonner. Mais enfin, tant de superstitions au cœur du XIXe siècle ! Jonathan est un homme raisonnable...

Voici un roman extraordinaire que j'avais omis de lire par le passé, dû à son caractère trop, mais vraiment trop ancré dans la culture populaire. J'ai toujours pensé, à tort, que le roman Dracula devait être naïf, mal écrit et qu'il constituait seulement les bases du vampirisme, mais sans plus. Quelle erreur. Croyez-moi, ce roman mérite pleinement son succès à travers les époques, qu'on s'y attarde et même plus, tant son écriture est splendide, son histoire enlevante et riche de toutes les facettes possibles.

Bram Stoker frôle le génie avec ce roman, d'abord avec ses inventions du mythe vampirisme. Même si ce n'est pas le premier à avoir écrit sur les vampires(Baudelaire et quelques autres l'ont fait avant lui), il a posé les bases des vampires modernes avec Dracula et ce point devient d'une importance extrême dans la culture du fantastique en littérature. Avec ce roman, nous sommes en présence d'une littérature riche, d'une littérature extrêmement bien écrite, d'une littérature gothique par moment, mais surtout d'une grande littérature et même d'une très grande.

Le seul bémol de ce bouquin, selon moi, est qu'il est complètement écrit sous forme de lettres, articles de journaux, journal personnel, etc. Je prefère donc le style narratif commun, mais Bram Stoker écrit tellement bien qu'on s'y fait après seulement quelques pages. En plus, les 50 premières pages sont celles que j'ai adorées le plus. Elles sont grandioses!!

Donc, tous les amateurs de fantastique et d'horreur, ou presque, seront servis à souhait. Par contre, les autres oeuvres de Stoker ont presque tous tombés dans l'oublie et ç'est dommage. Il y a cependant une suite qui se nomme Dracula l'immortel(écrit par l'arrière-petit-neveu de Bram) et qui n'est pas si mal même si elle n'arrive pas au niveau de l'original. D'autres suites sont également disponibles mais n'ont pas le consentement de la famille Stoker en totalité. En plus, Dracula L'immotel est le seul roman qui a comme base les notes de Bram Stoker pour une suite.

samedi 6 mars 2010

La peste, Albert Camus



Ma note: 8/10

Voici la quatrième de couverture: - Naturellement, vous savez ce que c'est, Rieux ? - J'attends le résultat des analyses.
- Moi, je le sais. Et je n'ai pas besoin d'analyses. J'ai fait une partie de ma carrière en Chine, et j'ai vu quelques cas à Paris, il y a une vingtaine d'années. Seulement, on n'a pas osé leur donner un nom, sur le moment. Et puis, comme disait un confrère : " C'est impossible, tout le monde sait qu'elle a disparu de l'Occident. " Oui, tout le monde le savait, sauf les morts. Allons, Rieux, vous savez aussi bien que moi ce que c'est.
- Oui, Castel, dit-il, c'est à peine croyable. Mais il semble bien que ce soit la peste.

Certainement le roman le plus achevé et le mieux écrit de Camus mais, étrangement, celui que je préfère le moins même si je suis capable d'admettre que nous sommes en présence d'un chef-d'oeuvre. En effet, il y a tout dans ce récit, soit une écriture soignée mais épurée, une allégorie de la deuxième guerre mondiale, un personnage principal fort, attachant, humaniste et intelligent, une fin surprenante quant au dévoilement du narrateur et finalement, un drame comme l'aime les critiques littéraires.

Mon seul bémol de ce très grand roman est que je m'attend à plus de Camus en ce qui à trait au «message» de ses romans. Entre autres, pour son roman La chute, mon préféré, on a droit à une critique sociale exquise de ces bouffons d'individus qui ont apparamment bien réussi dans la vie. En plus, Camus est excessivement drôle et cela nous manque dans ce livre, mais par contre, avec raison, étant donné son propos.

Donc, ce roman d'Albert Camus est une réussite totale mais, personnellement je vous conseille davantage La chute, si vous voulez passez un agréable moment de lecture surtout que nous fêtons cette année le 50e anniversaire de la mort de Camus, décédé tragiquement d'un accident de voiture.

p.s. je sais pas si c'est moi mais on dirait que Camus fait une fixation sur les concierges des immeubles à appartement, c'est toujours très drôle....

mercredi 3 mars 2010

Jeux de glace, Agatha Christie



Ma note: 5/10

Voici la quatrième de couverture: Le sort de Carrie-Louise inspire de vagues inquiétudes à son entourage.
A sa soeur Ruth, d'abord, et à son fils. Et aussi à son troisième mari, Lewis Serrocold. En effet, Carrie-Louise a une fille et en a adopté une autre, et a été mariée trois fois avec des hommes eux-mêmes divorcés - ce qui fait toute une tribu de beaux-fils, de belles-filles et de petits-enfants. Tout ce beau monde vit dans un institut pour jeunes délinquants. Une maison de fous, dit l'infirmière qui soigne Carrie-Louise avec dévouement.
Car Carrie-Louise souffre d'une étrange maladie qui présente quelques analogies avec un empoisonnement à l'arsenic. Le drame finira par éclater. Mais la victime n'est pas celle qu'on pense.

Voici un très faible Agatha Christie. Même si le dénouement final est quand même surprenant, tout au long de l'histoire on s'ennuie. Elle n'a définitivement pas le même style quand elle écrit sur Miss Marples, comme celui-ci, que quand elle écrit sur Poirot. Avec le petit détective moustachu, chaque roman est excellent alors qu'avec Miss Marple, on prend un risque. Jeux de glace ne passe pas le test de ce risque.

Il y a trop d'action dans ce roman et pas assez d'enquête. On se fou éperdument de tous ces personnages et de leur situation....Non, si vous voulez un très bon Agatha Christie, essayez-vous avec un Poirot comme Le crime de l'Orient Express ou Le noël d'Hercule Poirot, deux chef-d'oeuvres! Quant à moi, j'ai le projet de tout acheter les romans de la Dame Christie alors, j'ai pas le choix de lire d'autres romans que des Poirot!