"La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent pleinement vécue, c'est la littérature." -Marcel Proust


"Je ne suis rien d'autre que littérature, je ne peux et ne veux pas être autre chose." -Franz Kafka


"J'ai dit à la vie pratique un irrévocable adieu." -Gustave Flaubert

lundi 8 septembre 2014

Top 100 Écrivains



J’ai décidé d’effacer le top 50 de mes livres préférés de mon blog de même que la liste des 120 chefs-d’œuvre pour regrouper le tout dans un top 100 de mes écrivains favoris (avec les romans que j’ai préférés pour chaque auteur). Il sera suivi d’un commentaire sur ce classement. Il est en ordre décroissant et ainsi, vous devez descendre jusqu’en bas pour voir la première position ! Bonne lecture ! (J'ai surligné le roman que je préfère de chaque auteur.)


100) Michel Houellebecq
-La carte et le territoire
-Les particules élémentaires


99) Christian Bobin
-La dame blanche


98) Kazuo Ishiguro
-Auprès de moi toujours


97) Ernest Hemingway
-L’adieu aux armes


96)Stendhal
-La chartreuse de Parme


95)Joseph Roth
-Le poids de la grâce


94)Patrick Modiano
-Accident nocturne
-Dora Bruder


93)Yukio Mishima
-Le pavillon d’or


92)Günter Grass
-Les années de chien


91)Mikhaïl Boulgakov
-Le maître et Marguerite


90)Ievgueni Zamiatine
-Nous autres


89)Sofi Oksanen
-Purge


88)Maxime Gorki
-Tempête sur la ville


87)Stig Dagerman
-L'enfant brûlé


86)Danilo Kis
-Chagrin précoce


85)Chateaubriand
-Atala. René. Le dernier Abencerage


84)Amos Oz
-Seule la mer


83)Denis Diderot
-Jacques le fataliste


82)Michael Cunningham
-Les heures


81)Malcolm Lowry
-Au-dessous du volcan


80)James Joyce
-Portrait de l'artiste en jeune homme


79)Alice Munro
-Secrets de polichinelle


78)Jonathan Franzen
-Les corrections


77)John Banville
-La mer


76)Per Petterson
-Pas facile de voler des chevaux


75)Enrique Vila-Matas
-Docteur Pasavento


74)Edouard Limonov
-Journal d’un raté


73)Ivan Tourgueniev
-Père et fils


72)Patrick Süskind
-Le parfum


71)Carson McCullers
-Le coeur est un chasseur solitaire


70)Knut Hamsun
-La faim


69)Julio Cortazár
-Les armes secrètes


68)F. Scott Fitzgerald
-Gatsby le magnifique


67)Nicolas Gogol
-Les âmes mortes


66)Jean-Paul Sartre
-La nausée


65)Albert Camus
-La chute
-La peste


64)Charlotte Brontë
-Jane Eyre


63)Honoré de Balzac
-La peau de chagrin


62)Nathaniel Hawthorne
-La lettre écarlate


61)Anton Tchekhov
-Une plaisanterie et autres nouvelles


60)Alexandre Pouchkine
-La fille du capitaine


59)Oscar Wilde
-Le portrait de Dorian Gray


58)Heinrich von Kleist
-Michael Kohlhaas


57)Mary Shelley
-Frankenstein


56)Bram Stoker
-Dracula


55)Italo Svevo
-La conscience de Zeno


54)Hermann Hesse
-Le loup des steppes


53)Philip K. Dick
-Coulez mes larmes, dit le policier
-Le temps désarticulé
-Ubik


52)Joseph Conrad
-Le coeur des ténèbres


51)J.M. Coetzee
-Disgrâce
-En attendant les barbares


50)Anthony Burgess
-Les puissances des ténèbres


49)Imre Kertész
-Le refus


48)Saul Bellow
-Herzog
-La planète de Mr. Sammler
-Ravelstein


47)Franz Kafka
-Le château
-La métamorphose


46)Orhan Pamuk
-Le musée de l’innocence
-Mon nom est Rouge
-Neige


45)Stefan Zweig
-Le joueur d’échecs
-Lettre d'une inconnue


44)Ivan Gontcharov
-Oblomov


43)Émile Zola
-La saga des Rougon-Macquart


42)Alexandre Dumas
-Le comte de Monte-Cristo


41)Herta Müller
-Animal du coeur
-La bascule du souffle
-La convocation


40)J.M.G. Le Clézio
-Étoiles errantes
-Onitsha
-Ourania


39)Henry Fielding
-Histoire de Tom Jones


38)Peter Handke
-L’absence


37)Thomas Mann
-Le docteur Faustus


36)W.G. Sebald
-Campo Santo


35)Pietro Citati
- La mort du papillon


34)Gao Xingjian
-La montagne de l’âme
-Le livre d'un homme seul


33)Milan Kundera
-La plaisanterie
-La vie est ailleurs
-Le livre du rire et de l’oubli
-L’immortalité
-L’insoutenable légèreté de l’être


32)William Faulkner
-Le bruit et la fureur
-Tandis que j’agonise


31)Charles Dickens
-De grandes espérances


30)Benjamin Constant
-Adolphe


29)Haruki Murakami
-1Q84
-La ballade de l’impossible


28)Mo Yan
-Grenouille
-Le supplice du santal
-Les treize pas


27)Henry James
-Washington square


26)Paul Auster
-Brooklyn folies
-Invisible
-La trilogie newyorkaise
-Le voyage d’Anna Blume
-Moon palace


25)George Orwell
-1984
-Et vive l’aspidistra !


24)Jorge Luis Borges
-Fiction
-L’Aleph
-Le livre de Sable


23)Céline
-Voyage au bout de la nuit


22)Thomas Bernhard
-Le naufragé
-Le neveu de Wittgenstein
-L’imitateur
-Oui


21)Herman Melville
-Bartleby le scribe
-Moby Dick


20)George Eliot
-Le moulin sur la floss
-Middlemarch


19)Victor Hugo
-Le dernier jour d’un condamné
-Les misérables
-Les travailleurs de la mer
-L’homme qui rit
-Notre-Dame de Paris


18)Gustave Flaubert
-L’éducation sentimentale
-Madame Bovary
-Salambô


17)Cormac McCarthy
-De si jolis chevaux
-La route
-Méridien de sang
-Sutree
-Un enfant de Dieu


16)Don DeLillo
-Bruit de fond
-Mao II
-Outremonde


15)Elfriede Jelinek
-Enfants des morts
-La pianiste
-Les exclus


14)Philip Roth
-J’ai épousé un communiste
-Ma vie d'homme
-La tache
-Le théâtre de Sabbath
-Pastorale américaine
-Professeur de désir
-Zuckerman enchaîné


13)José Saramago
-Histoire du siège de Lisbonne
-La lucidité
-L’année de la mort de Ricardo Reis
-L’autre comme moi
-L’aveuglement
-L’évangile selon Jesus Christ
-Manuel de peinture et de calligraphie
-Tous les noms


12)Marcel Proust
-À la recherche du temps perdu


11)Fernando Pessoa
-Le livre de l’intranquillité


10)Miguel de Cervantes
-Don Quichotte


9)Léon Tolstoï
-Anna Karénine
-Guerre et paix
-La mort d’Ivan Illitch
-Résurrection


8)Johann Wolfgang von Goethe
-Les années d’apprentissage de Wilheim Meister
-Les souffrances du jeune Werther


7)Robert Walser
-Le brigand
-Le territoire du crayon
-Les enfants Tanner
-L’Institut Benjamenta
-Retour dans la neige
-Vie de poète


6)Robert Musil
-L’homme sans qualités


5)Virginia Woolf
-Les Vagues
-Mrs. Dalloway
-Vers le phare


4)Vladimir Nabokov
-Ada ou l’Ardeur
-Feu pâle
-Le Don


3)Fiodor Dostoïevski
-Crime et châtiment
-Le double
-Les carnets du sous-sol
-Les frères Karamazov
-Les pauvres gens
-Les possédés
-Souvenirs de la maison des morts


2)Roberto Bolaño
-2666
-Les détectives sauvages


1) Samuel Beckett
-L’innommable
-Malone Meurt
-Molloy






Tout d’abord, je dois dire que je n’ai gardé seulement que les romanciers et les nouvellistes. (De plus, j’ai décidé de ne pas inclure la majorité des écrivains de « genre » comme Stephen King pour l’horreur, Agatha Christie pour le policier, Dan Simmons pour la science-fiction, etc. Par contre, j’ai gardé sur ma liste Philip K. Dick parce qu’il est un véritable génie et quelques autres). Si j’avais inclus les poètes, les dramaturges, les essayistes, les philosophes, etc., comme mon idole Harold Bloom l’a fait dans sa liste, Giacomo Leopardi aurait sans aucun doute occupé la première place, suivi d’Arthur Schopenhauer, et Samuel Beckett en troisième position. Mais la question centrale de ce classement c’est : pourquoi Beckett ? Comme dramaturge il est, selon moi, aussi puissant que Shakespeare et comme romancier il est encore meilleur que Cervantes. Ceux qui suivent mon blogue régulièrement savent que Roberto Bolaño a longtemps été mon premier choix, mais avec le temps, je trouve que Beckett est un meilleur romancier que lui. J’aime Bolaño parce qu’il regroupe en lui-même toutes les littératures. Tous les auteurs. Mais Beckett a créé quelque chose de nouveau. Après 400 ans d’écriture de romans (si l’on compte les années après Cervantes), il est incroyable de voir qu’un écrivain ait réussi à amener la forme romanesque à son terme. Et selon moi, c’est Beckett, et non Proust, Joyce ou Kafka. Je crois qu’il y a un avant et un après Beckett, comme ce fut le cas pour Cervantes. Seul le temps, qui est impitoyable en littérature, me donnera raison ou tort. Le premier choix d’un tel classement est souvent un coup de cœur personnel sans vraiment porter attention à l’opinion des spécialistes, des critiques littéraires. Roberto Bolaño rentrait mieux dans cette case, comme numéro un, parce que le temps qui passe ne l'a pas encore consacré comme faisant partie du groupe d’élite que forme mon top 10. Et avec raison. Sa mort subite à l’âge de 50 ans (en 2003) est trop près de nous. Alors ? A-t-il sa place avant les Dostoïevski, les Goethe et les Tolstoï ? À vous de répondre. Selon moi, oui. Je crois que les décennies le consacreront comme un écrivain majeur de notre époque. Toutefois, il est périlleux de dire en littérature qui sera encore lu dans 50, 100 ou 200 ans. Même si j’ai placé Beckett en première position, je crois que Dostoïevski est l’écrivain le plus talentueux de l’histoire. Sa prose est trop puissante pour avoir de la compétition. Je l’ai placé au troisième rang parce qu’il n’avait pas le temps de bien peaufiner ses œuvres. Dans la biographie qu’elle a écrite sur ses années avec Dostoïevski, sa femme affirme qu’il devait absolument publier rapidement, sans pouvoir faire de corrections à cause des difficultés financières qui l’accablaient (il était joueur compulsif et sa famille lui coûtait cher).  Ensuite, le choix qui m’a donné le plus de mal est la position 13, parce que je me demandais si elle revenait à Philip Roth ou José Saramago. Roth est peut-être le seul auteur de notre époque qui sera encore lu dans 200 ans, en tout cas c’est sur lui que je miserais, mais Saramago est le plus talentueux. C’est pour cela que je l’ai placé avant Roth. Notamment, (contrairement à la grande majorité des écrivains), il n’a pas réécrit constamment le même roman. Chacune de ses œuvres est différente. Différente du reste de son corpus mais aussi de celui des autres auteurs. Quant à Samuel Beckett, voyez ce que Harold Bloom disait de lui à la fin des années 80 : "Probably the most powerful living Western writer is Samuel Beckett. He's certainly the most authentic." Et dernièrement j’entendais l’excellent George Steiner dire que Beckett était le plus grand écrivain de notre époque. 

Plusieurs diront que ce genre de classement est déplacé, notamment parce que tous les romans se valent, que c’est basé seulement sur l’opinion du lecteur et l’idéologie qu’il défend. Ce genre de commentaires provient habituellement du milieu universitaire, parce que les vrais lecteurs, les solitaires, les passionnés, savent très bien que les auteurs ne se valent pas tous. Je ne dis pas que les universitaires sont tous de mauvais lecteurs, au contraire, ils sont meilleurs que nous, les blogueurs, mais quelques-uns ont tort selon moi. Ils font lire Foucault et non Shakespeare. Ils analysent Derrida et pas Sophocle. (j’ai bien dit quelques-uns, donc, pas besoin de m’insulter en commentaire, merci). Lisez la poésie de Leopardi et celle de Houellebecq. Deux nihilistes de deux époques différentes. Le premier est infiniment supérieur au deuxième. Le problème avec certains universitaires, c’est qu’ils analyseront Houellebecq tellement en profondeur qu’ils ne verront plus la différence. En théorie littéraire il y a deux visions qui s’opposent. Premièrement, celle à laquelle j’adhère, la vision « esthétique », celle qui place l’art au centre de tout, l’art pour l’art, défendue par mes critiques préférés : Harold Bloom, James Wood, et peut-être pouvons-nous placer un George Steiner qui est certes moins radical que les deux autres sur ce point, mais qui a écrit de belles pages sur les auteurs qu’il vénère pour la beauté de leur prose. L’autre école est celle de « l’instrumentalisation » de la littérature dans un but de transformation de la société. Les études (littéraires) marxistes, féministes, postcoloniales, etc., en font partie. Les critiques et théoriciens qui représentent cette école sont Terry Eagleton, Michael Hardt et la philosophe Judith Butler (et d’autres aussi). Même si je lis à l’occasion le deuxième groupe, je vous recommande, et de loin, davantage les premiers si la théorie littéraire vous intéresse. Ensuite, quelque part entre ces deux pôles, il y a un Roland Barthes qui veut sortir de cette dichotomie. Mais tout cela est plus compliqué que ce petit résumé de la situation. Certains auteurs comme Terry Eagleton empruntent un peu au premier groupe sur certains sujets et le premier groupe emprunte au deuxième, et ainsi de suite. Bref, il faut lire ces théoriciens pour bien comprendre les enjeux qui sont plus compliqués que ce qu’ils paraissent.

Martin Amis disait avec justesse que la littérature est une guerre contre les clichés. Et je crois que c’est la meilleure voie pour savoir si un roman est mauvais, bon ou excellent. Prenez Beckett, mon écrivain préféré. Je vous mets au défi de trouver un seul cliché, un seul lieu commun dans sa trilogie romanesque. Non qu’il ne soit pas influencé par certains auteurs, par ce qu’il y a autour de lui, etc. Mais les génies comme lui ont su se défaire de leur influence (et surtout des clichés des médias de masse, de la société) pour écrire une œuvre totalement originale. Écoutez les conversations autour de vous. Lisez les mauvais romans. Entendez les médias de masse. Regardez les publicités débiles. Ce n’est que clichés par-dessus clichés. La force de la littérature, selon moi, c’est d’aller au-delà de ce monde terne, ennuyeux, pour créer une sorte d’étrangeté qui, dans un premier temps nous fera connaître l’humain davantage en profondeur, avec une autre perspective, mais aussi nous entraînera dans un monde différent et des contrées différentes (et je ne parle pas spécifiquement de science-fiction).

La pire chose avec ces classements c’est qu’ils sont à jeter aussitôt publiés. À chaque fois qu’on lit un roman, notre pensée évolue, nos goûts changent. Je le mettrai donc à jour une fois de temps en temps. Comme je le disais dans mon précédent classement, il ne faut pas se fier aux notes que je donne et en faire la comparaison avec ce top 100. J’attribue seulement ces notes pour accommoder ceux qui n’ont pas le temps de lire mes chroniques au complet. De plus, la littérature est selon moi un souvenir, une gestation qui évolue comme notre mémoire évolue elle aussi. On peut ne pas avoir aimé un livre à un tel moment de notre vie, et l’adorer quand on le relit ou simplement quand on y repense, quand le temps aura fait son œuvre.

Si j’avais établi ce top 100 d’une façon totalement objective, don Quichotte de Cervantes aurait à coup sûr occupé le premier rang. À peu près tous les grands lecteurs s’entendent pour dire qu’il est le plus grand roman de tous les temps. C'est certain qu’il est le premier roman moderne et Cervantes a influencé tous les écrivains après lui. Mais j’ai fait ce classement principalement sur mes opinions, mes goûts littéraires, mon appréciation. Et c’est la trilogie romanesque de Beckett qui me revenait sans cesse à l’esprit. Il a réussi à créer l’effet « d’un Dieu qui nous parle », avec ses narrateurs placés « au-dessus » du lecteur, où le dépouillement de la langue et la perte de repères créent un sentiment d’étrangeté métaphysique. Il est celui que je lis continuellement, après Leopardi. (je lis ce dernier presque à chaque jour). J’ai lu aussi le théâtre de Beckett, et je le trouve excellent. Je dis cela parce que cet écrivain est surtout reconnu pour ses pièces, « Fin de partie » (ma préférée) et « En attendant Godot ». Certains classent son théâtre dans le courant « de l’absurde », mais je crois plutôt qu’il n’appartient pas vraiment à un courant en particulier, ce qui est spécifique aux génies.

Bon, je pourrais continuer à écrire sur la littérature pendant des pages et des pages mais je vais m’arrêter ici pour ne pas vous endormir, surtout si vous êtes à votre travail…à bientôt…

21 commentaires:

  1. Arrrrrrghhh, j'avais parié sur Bolaño en 1ère position (je suis descendue le plus lentement possible, je le jure) !! Bon, presque.. J'ai déroulé uniquement ta liste, et capté au passage des affinités, beaucoup, même, notamment Roth, Céline, Le Clézio, Faulkner, Camus, De Lillo (même si je ne les aurait pas placés en même position), quelques divergences (Mo Yan, et Pynchon, auxquels je n'ai pas du tout accroché), mais dans l'ensemble, je me retrouve vraiment dans cette liste.
    Je reviendrai pour lire en détail le commentaire qui suit.

    Bonne soirée, et bravo !.

    RépondreEffacer
  2. hahaha je savais que tu parierais sur Bolano. :)

    Merci et bonne fin de soirée...

    RépondreEffacer
  3. Un immense merci pour cette liste impressionnante !
    Je te rejoins totalement lorsque tu dis que la littérature est un souvenir et une gestation qui ne cesse d'évoluer en nous...Kafka, pour ne prendre qu'un exemple, est celui qui m'a le plus marqué avec le temps, alors que la lecture à l'époque du Procès ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable...
    Du coup, il me tarde de relire Beckett, qui m'avait laissé un sentiment très fort sur le coup mais dont le souvenir s'est dissipé depuis.
    Encore merci et à bientôt ! :)

    RépondreEffacer
  4. Merci bcp ! La liste est peut-être impressionnante, mais je viens d'essayer d'en faire une avec les couvertures des romans et j'ai abandonné après seulement 3 (sur 100) hihi Je ne te conseille vraiment pas d'essayer ça sur ton blog, parce que bloggers n'est pas vraiment adapté pour ces genres de listes, à part celle-ci qui ne comporte que des écritures. Mais peu importe, merci encore une fois et on se revoit sur nos blogues respectifs. :)

    À la prochaine. :)

    RépondreEffacer
  5. Il me semblait que tu voulais faire une liste de 100 livres restreinte à un auteur par livre non ? (un passage qui a été supprimé de ton post depuis si ma mémoire est bonne).
    Peut-être pourrais-tu la faire sans les couvertures, ou simplement surligner ces derniers sur la présente liste ? (je ne t'y force pas bien entendu :D)
    Je suis curieux de voir quel livre tu préfères parmi tes auteurs favoris avec le temps et s'ils diffèrent de ton ancienne liste de 50 livres...

    RépondreEffacer
  6. Une autre liste serait trop semblable à celle-ci je crois. Et pour surligner mes livres préférés, j'y pense mais plusieurs auteurs n'ont qu'un seul roman. Probablement la semaine prochaine. À suivre (et oui ta mémoire est bonne. :) Je l'ai effacé quand je me suis rendu compte que 100 couvertures étaient difficiles à faire.)

    RépondreEffacer
  7. J'ai vu que tu avais mis Proust en 10ème place, je le voyais mieux à la 2ème voire à la première place! :D

    RépondreEffacer
  8. J'ai même voulu le placer plus loin encore mais j'ai pensé à ses nombreux amateurs comme toi. ;) Comme Beckett le disait, je crois que Proust s'est fait piéger par son talent. Mais ce serait trop long d'élaborer là-dessus, mais peu importe c'est vrai qu'il était talentueux...

    RépondreEffacer
  9. J'ai vu que tu avais surligné un livre par auteur. Merci !
    Je pensais que le Dostoïevski aurait peut-être changé en faveur des frères Karamazov ;)
    Bien que j'aie apprécié les Possédés, c'est celui que j'aime le moins parmi les romans majeurs du maître, et avec le temps j'ai l'impression d'être passé quelque peu à côté...

    RépondreEffacer
  10. De rien. :) En effet, j'hésitais entre Les frères Karamazov et Les possédés, mais je m'ennuie moins avec le deuxième. En tout cas, si un jour tu décides de faire ce genre de classement, je serai très curieux de le voir. La semaine dernière j'ai lu "Feu pâle" de Nabokov et je me suis rendu (encore plus) compte à quel point ce genre de classement est un peu frustrant, parce que je pense que "Feu pâle" est un des meilleurs romans que j'aie lus, peut-être même le meilleur, alors que j'avais déjà publié le top 100. :)) Bref, si tu ne l'as pas lu, je te conseille vraiment ce livre.

    RépondreEffacer
  11. Ah tu me fais vraiment envie avec ce livre de Nabokov. :) Mais j'ai déjà Ada en attente depuis plus d'un an déjà (j'ai vu que tu l'avais aussi adoré), et ma liste de lecture ne cesse de s'allonger (en tout cas plus vite que mon rythme de lecture), ce qui est très frustrant également.
    Pour un éventuel classement, ce ne sera pas pour tout de suite, j'attends encore de relire beaucoup des livres que j'aie aimé avant de m'y lancer. ;)

    RépondreEffacer
  12. Ah je vois que t'as le même problème de liste de lecture que moi. :) "Feu pâle" est aussi le roman le plus complexe que j'ai lu, mais une chance qu'il y a une préface qui le résume bien pour pouvoir s'y retrouver. Mais je pense que c'est le meilleur roman que j'ai lu. Sur cette liste il est premier (bien que celui qui a fait la liste s'est trompé pour Beckett parce que sa trilogie romanesque a été écrite en français et non en anglais) : http://spinelessbooks.com/mccaffery/100/index.html

    RépondreEffacer
  13. Peu de littérature anglaise , au fond . Par hasard ou par manque d' affinité ?

    RépondreEffacer
  14. Très bonne question. Je dirais que j'essaie de lire un peu dans chaque pays, mais que dans les dernières années c'est l'Autriche du 20e siècle qui m'a le plus marqué. Donc pour répondre à la question je dirais par hasard, mais il faudrait qu'un jour je compte les auteurs par pays, vite de même, je ne crois pas que l'Angleterre soit sous-représenté...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. ...alors en auteur autrichien, puis je mentionner le très étonnant "Mur Invisible " de Marlen Haushofer ( publié vers 1962 si j'ai bonne mémoire, et re découvert par Actes Sud ; disponible en poche Babel) . Tu peux aller lire mon billet pour voir si ça te branche ( pas du tout MittelEuropa, plutôt une fable dystopique mais pas trop ;-)

      Effacer
    2. Ok merci je vais aller voir ça, il me semble que j'avais déjà vu ce nom à quelque part dans mes lectures sur la littérature autrichienne...

      Effacer
  15. Je découvre ce blog aujourd'hui... et je suis très étonné par la quantité de vos lectures et la qualité de vos observations. Je suis professeur de littérature, mais je n'ai pas lu autant ! Quelques suggestions qui pourraient vous plaire :
    - "L'Etranger" est probablement le meilleur roman d'Albert Camus. "Extension du domaine de la lutte" en constitue, à mon sens, une réécriture. Mais Camus est supérieur en ce qu'il n'a pas besoin de caricaturer et de tout peindre en monochromie. Il y a des moments de sensualité dans "L'Etranger" qui jamais n'affaiblissent l'impression générale d'absurdité et de monotonie de la vie.
    - "Le Procès" est supérieur au "Château".
    - Toute l'oeuvre de Bret Easton Ellis semble issue du "Bright Lights, Big City" de son ami Jay McInerney. Roman essentiel, je crois -- écrit à la deuxième personne...
    - "Le Rouge et le Noir", roman le plus construit et le plus psychologique de Stendhal, vous plaira davantage (vu votre goût pour Dostoïevski) que "Le Chartreuse de Parme".
    - Enfin, "Sanctuaire", parmi tous les romans de Faulkner, est peut-être le plus linéaire, le plus simple à lire. Il n'en est pas moins impressionnant par sa violence et ses personnages...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci ! J'ai lu l'Étranger mais il ne m'a pas convaincu. Personnellement, je trouve le Château supérieur au Procès. ;-) "Le rouge et le noir" m'a ennuyé et Sanctuaire est dans mes prochains achats.

      À bientôt, je l'espère, sur mon blogue !

      Effacer
  16. Wow ! Très belle liste ! Je n'en ai pas lu suffisamment à mon goût mais je tourne autour de beaucoup de ces titres : Kafka, Bolano, Flaubert, Stendhal, Victor Hugo, Tolstoï, Dostoïevski, Pouchkine, Proust, Pessoa, Bernhard, Melville, Céline et j'en passe...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. En tout cas t'en lis des bons !

      Merci et à bientôt !

      Effacer